Se connecter pour vérifier ses messages privés   S'enregistrer   Connexion   FAQ   Rechercher
Les Bitumeurs Index du Forum Les Bitumeurs

05/03-Périple Auvergnat - BigDave

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les récits des Bitumeurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 17 Jan 2006, 13:32    Sujet du message: 05/03-Périple Auvergnat - BigDave Répondre en citant

 
 

Le périple Auvergnat

de
BigDave
Mai 2003
 
 
Salut à tous (n'ayez pas peur ...)
 
Ce week-end il s'agissait de se comporter en brave. Voxy du Touine Rugissant retrouvée et ma pomme en état pour rouler, pourquoi ne pas profiter du week-end de la fête des mères pour aller la souhaiter à la mienne dans un bled situé à une heure d'Aurillac en descendant sur le Lot.
 
La météo n'est pas très convaincante, mais je compte sur ma bonne étoile pour passer entre les gouttes. Ben raté.
 
Heureusement que j'avais une combi de pluie parfaitement étanche, par contre les bottes et les gants eux, pas du tout étanches.
 
Premier arrêt à Magny-Court (vi là qu'y le circuit), pour rentrer dans un rade, ruisselant de flotte avec ma dégaine de jeune premier en combinaison seyante ultra-sexy. Silence de plomb dans la salle. 3 vieilles mattent un moniteur où défilent des grilles de loto (tain c'était mieux quand le grand comique du coin braillait dans un micro : le 45 comme le département du Loiret). 4h de l'après-m 3 piliers de comptoir tournent déjà au pastaga. Tout va bien. Nan braves gens je ne suis pas un mutant, me dis-je en commandant quinze cafés et en m'allumant maladroitement une clope. Je vide l'eau de mes pompes, essore les chausettes et attends de ne plus trembler de froid pour repartir.
 
La grosse galère : plein de caisses sur les routes ce samedi-aprèsm et une flotte à vous interdire le moindre excès de zèle. J'arrive à Clermont-Ferrand frigorifié, m'arrête au Daffy du coin où les gens super-sympa reluquent Voxy avec fierté (ben ouais c'est une fille du coin). Me fend d'une cagoule estampillée FLNC canal historique et de surbottes. Re-essorage de chaussettes et des gants, pis zou, direction Aurillac par les routes "kivont bien". Mais hélas, la chaussée détrempée ainsi que la boue dégoulinante sur le bitume m'empêche là-aussi de faire le couillon, et je poursuis ma route bien sagement, me répetant qu'il y a quelques millions d'années j'étais un poisson, et que pour une fois, un peu d'eau ne va pas me faire de mal.
 
Dernier arrêt à Laroquebrou petit bled du Cantal ou je produis là-aussi mon petit effet au milieu d'un club de gymnastique des dames quadragénaires du coin. Re quinze cafés, demi-paquet de clopes, coup de tél pour prévenir que je suis bientôt là, faire couler un bain chaud et prévoir à manger car j'ai faim !
 
Je rentre, je mange, je poste sur le rhino(avant fermeture) et je dors !
 
Le lendemain, réveil à 11h00, bien mâché. Il est temps de se préparer pour le repas dominical de la fête des mères. Direction un excellent petit restaurant "au déjeune de Sousceyrac" ou l'excellent Patrick LAGNES nous propose dans son menu gastronomique :
 
- foie gras sur coulis de pruneau
- salade au cou de canard
- aiguilletes de canard au citron et miel de lavande
- confit de canard
- plateau de fromage
- gateau maison en l'honneur de la fête, un opéra, quel délice.
 
Le tout arrosé au départ d'un succulent Montbazillac de 88 puis d'un Pommerol de 94.
Le menu, c'est pas "ou" entre les plats, c'est bien "et".
 
Je sors, j'ai pas faim. Tout va bien.
 
Je reprends la route non sns avoir pris quelques précautions : petits petons emballés dans des sacs plastique avant de mettre les bottes. Enfilage de gants en latex avant de mettre ceux en cuir. Ces deux petites astuces me garantiront imperméabilité et chaleur, tout le long du voyage retour.
 
En plus, il pleut pas !
 
GAZZZZZZZZZZ
 
Je me venge de mon train de sénateur du voyage aller. Les kilomètres s'enchainent et je retrouve confiance et assurance. J'arrive même à talonner un VFR local aux alentours de Vicq-sur-Cère, superbe village montagnard.
 
Entre Moulins et Nevers je m'arrête dans un bled nommé "GANNAT", si si. Ou je taille le bout de gras avec un autochtone qui une fois de plus me fait moult éloges sur Voxy, le type sympa, membre du VCF, et qui m'aurait presque gardé à table pour manger, voire plus si affinités. J'lui dit ki fôt que je rentre ce soir, et gazzzz, en route vers de nouvelles aventures.
 
Nevers le ciel se dégage et me gratifie d'un superbe coucher de soleil, j'enquille l'A77 pour un retour express sur Paname. La poignée dans le coin, 7000 tours en 6, Voxy cruise sans sourciller à 220 sur une autoroute pourvue de moult grandes courbes où je dépose de temps en temps une voiture bien isolée. Je sais qu'avec la faible protection dont je dispose que je suis en train de me gratifier d'une bonne séance de musculation, mais après tout, je vois ma kiné demain matin, alors pas de sentiments : gazzz. Je me délecte au passage de l'excellent choix de monture, car à cette vitesse dans ces grandes courbes, Voxy est un vrai rail, pas la moindre sensation de flou, de guidonnage ou de louvoiement. Elle réagit au petit doigt à la mise sur l'angle, et c'est un vrai régal que celui de se sentir emmené par une machine aussi rigoureuse, le tout (hormis la protection) dans un confort de ministre.
 
Tout aurait bien pu se passer jusqu'à Paname. Mais vous me connaissez, fallait bien k'il m'en arrive une. Et ça n'a pas loupé !
 
Passé Briare, je viens d'effectuer 170 kms à mon train de missile, lorsque le voyant de réserve s'allume. Instinctivement je coupe et j'attends le prochain panneau signalant une station, chose qui ne devrait pas tarder. 10 kms plus loing, je vois en effet la station s'annoncant à 17 kms. Bref calcul dans ma tête partant sur l'hypothès que je dispose de 5 l de réserve, et gazzzzzz jusqu'au prochain arrêt. La nuit tombe et j'ai pas que ça à foutre. A peine 7 kms plus loin, ratatouillage caractéristique : merde ! Après un week-end sous la flotte, je vais avoir droit à la panne sèche. Fuck it !
 
PAs de borne d'appel SOS en vue et j'ai pas envie de laisser Voxy toute seule au bord de la route. J'appelle donc le 112 sur mon GSM, tombe sur un gendarme mort de rire par mon récit et qui me demande de me situer. J'lui dit que je vois marqué au sol 53.5 et que je suis à côté d'un panneau touristique intitulé "La Bussière". Attendez, le dépanneur arrive dans maxi une demi-heure. Je me dis que pour le coup, le prix du litre de super 95 va prendre une claque. Mais bon, je prends mon mal en patience, et j'appelle Prolo sur le coup des 10h30, pour tromper ma solitude. Comme il se fout bien de ma gueule, ça me fait plaisir et je n'ai plus k'a attendre le dépanneur ki devrait pas tarder.
 
J'attends.
 
J'attends.
 
J'attends toujours.
 
3 quarts d'heure sont passés, chuis inquiet. Je décide de partir à la recherche d'une borne SOS que je trouve 500m plus loin et je tombe sur les mêmes cognes.
 
"Mais vous zétiez où, le dépanneur l'est passé, vous a pô vu, bougez plus ..."
 
J'attends 1/2h de plus.
 
Grand moment de solitude.
 
Le gonze arrive véner, en fait j'ai mal lu, fallait lire 58.5 et non 53.5, motard lui-aussi, re-compliments sur Voxy. 110€ l'intervention, ki me dit que je peux faire jouer l'assistance pour me le faire rembourser.
 
Je m'arrête à la station tant convoitée pour refaire le plein, il est 1h du mat et il me reste 150 bornes à faire pour rentrer.
 
Poignée dans le coin jusqu'au bout. Je ne crois pas avoir fait porte d'Italie - Porte de la Vilette aussi vite, tellement j'étais chaud.
 
Arrivé chez moi complètement naze, fourbu, j'ai même du mal à anlever mes bottes - j'vais ptet dormir avec.
J'allume le pécé, reponds à un mail ki m'a bien fait plaisir , et pis dodo.
 
Et 1500 bornes de plus depuis Jeudi soir dernier.
 
Bigdave, fatigué, mais tellement en VIE
 
 
 

Pas de Photo dans l'album

 
 

_________________
Les Animateurs
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les récits des Bitumeurs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com