Se connecter pour vérifier ses messages privés   S'enregistrer   Connexion   FAQ   Rechercher
Les Bitumeurs Index du Forum Les Bitumeurs

06/05-Encore un ch'ti ouiquande trankil - Jef.ch

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les récits des Bitumeurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 17 Jan 2006, 14:14    Sujet du message: 06/05-Encore un ch'ti ouiquande trankil - Jef.ch Répondre en citant

 
 
 

Encore un ch'ti ouiquande trankil ...

Par Jef.ch
 
Juin 2005
 
 

La semaine dernière, ma chère et tendre et néanmoins légitime trouve rien de mieux que de me rappeler que tu sais quoi? Ce ouiquande c’est notre anniversaire de mariage chériiiii… Quoi, le mien aussi? Merdalors…

En plus ma dame s’arrange pour placer fifille en pension dans un refuge de la SPA (nan, j’déconne: chez une copine, et vit d’amant…), et paraît que fiston, à 15 berges peut rester tout seul à surveiller si la vidéo m’enregistre bien le Mugello.

Pourquoi? Ma dame désire une virée en moto, en amoureux qu’elle dit. Départ prévu samedi à 13:00, retour impératif le dimanche à 18:00 pour nourrir les fauves (et accessoirement étrangler Colin si l’a pas bien enregistré le GP…). Entre les deux? Le plein d’Euros pour 2 jours, un itinéraire de mon choix mais ma dame veut des belles routes, de la nouveauté, pas de pluie (la météo à l’air d’accord…), un bel hôtel pour la nuit, que j’pête pas au lit, que j’ronfle pas non plus… bref, si y’a le moindre truc qui merde, ça s’ra d’ma faute, comme d’hab’…

Première étape: les cartes de Bidenbum au 1:200000, trouver des zoulies routes en vert. Vu qu’on commence à connaître la région chez nous, va falloir aller un peu plus loin. Tiens, les Gorges de l’Ain, j’connais pas… Ben yaka aller voir. Tout ça à décider le vendredi soir après le repas, quand j’suis d’jà bien crevé par ma semaine de boulot, te dire si ça tiens de l’improvisation aléatoire et pas du tout programmée…

Ah ouais: vu qu’on a quand même quelques bagages pour 2 jours, la CBR900RR va rester sagement au garage, et c’est la Pan-Euro qui trimballera tout ça. Ma dame préfère voyager léger avec sa NTV650, paraît que si ça me gêne, j’ai qu’à rouler moins vite. C’est quand même pas logique une gonzesse, même après 22 ans de vie commune… rouler moins vite, c’est ça qui m’gêne, tu comprends rien!

Précision helvétique oblige, samedi à 13:01 on roule. Un ch’ti détour pas la banque, le porte-monnaie des Euros est sur réserve… Combien j’veux? Les pleins, les repas, l’hôtel… bof, 600 Euros ça devrait suffire, sinon y’a la Masturb-Card…

Pisske la nouvelle autoroute entre Neuchâtel et Yverdon vient d’ouvrir, on teste. Ça va dans la bonne direction, on verra si c’est mieux que par l’autre autoroute au sud du lac, et pis après on sera à Vallorbe et y’aura plus de totoroute de tout le ouiquande, promis!

Te dire si ça commence bien: y’a un bon vent de face, alors Régine dépasse pas le 120 sur l’autoroute, autant dire le ralenti sur la Pan… Zen Jef! Elle me réveille à Vallorbe, on complète les pleins au tarif suisse, avant de sortir sur la France. De Vallorbe, on monte sur la vallée de Joux. Enfin des virages, même avec la Pan, en 3 virages y’a plus de NTV en rétro-visuel… C’est curieux, je bombe dans les virolos, et après je me cale à 50 dans les rectilignes pour attendre la suite du film (NTV: le retour!). Bof, on va dire que c’est de la conduite anti-radar…

On prend la route de Mouthe, un arrêt pipi-boisson à la Chaux-neuve, et on continue sur les routes «vertes». A part une déviation sur la D75 qui nous force à faire un détour sur quelques bornes de nationale (ses flics, ses radars, et les appels de phares des autres usagers de la route toujours plus solidaires), que des zoulies routes donc. Entre Meussia et Orgelet, pause 4 heures dans un p’tit rade pour touriste, vue imprenable sur le lac de Vouglans, madame est tellement ravie qu’elle se vote à l’unanimité une crêpe Grand-Marnier pour son p’tit 4 heures, alors que pour une fois plus sage, j’en reste au Nutella…

On repart, le première à gauche, c’est la D60, y’a plus qu’à suivre la rivière, ou les lacs, ça dépend des barrages. Comme y’a qu’une route et donc peu de risque de se perdre, je laisse ma blonde devant, de toute façon elle roule plus vite devant. Sérieux: elle est tellement peu sûre de ses réflexes qu’elle ne veut jamais me suivre, même si je me mets devant à 40 à l’heure, elle laisse 200 mètres(!)

La Pan me répercute bizarrement les inégalités de la route, maintenant qu’on roule plutôt autour des 80-90, y’a des trucs inhabituels dans la direction(?) Mon âne gris est pourtant sorti mercredi de sa révision des 72000 avec un peu-noeud avant neuf, et l’arrière a à peine 2 semaines. Je mets ça sur le compte du pneu neuf, si à l’occasion on trouve un gonfleur, je contrôlerai…

En fin d’après-midi, on sort des gorges de l’Ain et on atterrit à Poncin. Et maintenant? Y’a plus qu’à trouver un hôtel dans un coin sympa. J’avise Hauteville sur la carte, le nom me botte, on va voir. Un p’tit col pour prendre de l’altitude, entre Corlier et Hauteville, je vois défiler un panneau pour un deux étoiles à Evosges. Trop tard… j’étais en train de jouer avec une Citroën, ce con bombait à 80 dans les bleds pour me recoller au cul, et je me faisais un plaisir de lui mettre un boulevard dans la vue dès la fin du panneau de limitation Smile Bref, on arrive à Hauteville. Souvent c’est laid une station de sport d’hiver sans la neige. Celle là ne déroge pas à la règle. Je prends la carte et regarde si y’aurait pas un moyen de rejoindre Evosges (si, si, j’ai pu lire le nom à 150!). Par Tenay et les splendides gorges de l’Albartine, puis une petite départementale, ça l’fait. Enfin presque: Régine manque 2 fois de se mettre au tas tellement les épingles de cette D102 sont serrées(!), mais on arrive vivants, entiers et un peu crevés, après 316 km, sur le coup des 19:30 à «L’Auberge Campagnarde» d’Evosges. Comble de chance, il reste UNE chambre, qu’on se dépêche de prendre donc.

Une heure plus tard, douchés et reposés, on passe à table. Menu gastronomique pour les 2,en version «light» (2 plats seulement). J’t’en dirai pas plus, mais l’adresse mérite le détour…

Comment? Tu veux savoir? Des p’tites boules de melon au Porto comme mise-en-bouche, du marbré de foie de canard à l’abricot en entrée, coquilles St-Jaques pour Régine et poulet de Bresse au morilles pour mécolle, fromages, et un superbe vacherin pour le dessert. Burp! (Pardon!) Vu l’entrée et le menu de ma dame, un p’tit Jurançon moelleux pour accompagner, raisonnable quoi, juste une bouteille pour les deux… (hips!)

Après le repas, j’vais dire bonne nuit aux motos, et surtout chercher les cartes, histoire d’avoir une vague idée de la route de demain. Y’a 4 nouvelles motos sur le parking, des Anglais. Une M900 avec un affreux porte-bagages en tubes que j’en voudrais pas même sur la NTV, une 1000 Thunderace un peu râpée, une vieille CBR1000 et même une Pan gris-clair. Enfin, vu de derrière c’est une Pan, mais l’avant… Misère! A part des reste de phares scotchés au «grey tape», y’a plus de carénage, plus de compteurs, et plus de côté gauche non plus! L’a tapé sec, le collègue. Comme les Angliches viennent chercher leurs bagages, on discute un peu, le gars est tout triste pour sa Pan, un modèle 90 comme la mienne en plus… l’arrête pas de dire que c’était «a good boy» et «so sorry»…

Bon, ma Pan est anthracite, pas gris clair, mais je ne peux m’empêcher de noter le numéro de plaque de son rat-bike (HI99 BKL), des fois qu’il lui prenne la fantaisie de se servir de la mienne pour les pièces de rechanges. Comment ça: «je vois le mal partout»? Tu vas pas me dire que si t’arrives dans un coin paumé avec ta moto en morceaux, et que tu vois exactement la même, nickel, sans une rayure, t’as pas des pensées parasites?

M’enfin, dimanche après le p’tit déj’, nos motos sont intactes, alors on peut y aller. On redescend par une autre route qu’à l’aller, sinon Régine m’arrachait les yeux. Par Oncieu donc, et là, surprise: on est en quelque sorte au coin de l’arc jurassien, sur un plateau, et, j’ai honte Chef, mais le paysage est tellement beau que je m’arrête. Superbe et immense… Mais je ne néglige pas pour autant de couper le moteur et de mettre au point mort pour sacrifier aux nobles traditions bitumeuses. Et une descente en roue libre! Même comme ça, j’arrive à larguer la NTV, je pousse la provocation jusqu’à agiter les clés de la Pan pour lui montrer, mais décidemment, en moto Régine n’est pas joueuse… Puis plein Est direction Belley, le lac du Bourget. On longe sa rive Nord par la D914, puis on va découvrir une D911 qui en passant par Bellegarde va nous amener plein Nord jusqu’aux Rousses, ou presque!

Repas de midi à Chézery-Forens, au Relais des moines, encore une adresse à recommander! A Mijoux, on quitte à regret notre D911 pour la D436. Une CBR1000 en duo m’ouvre la route, joueur, je m’en viens le titiller sur les freinages… Puis bifurcation sur la N5, alors j’attends Régine. Pendant que je poirotte, trois «sportifs» immatriculés 68 passent…

Régine arrive enfin, je lui donne rendez-vous à la prochaine bifurcation… ça a beau être de la nationale, y’a des virages très sympas, un peu de trafic, certes, mais j’ai pris des cours de dépassements dans les Alpes et le Var, alors… en quelques minutes, je recolle mes trois touristes. Le dernier roule sur une R1100S, je me paye un extérieur dans un droite de toute beauté. J’ai toujours ces sensations un peu bizarre à l’avant, mais à 130 ça disparaît, alors… Re-long droite, j’en profite pour sauter les 2 autres (le premier avait une Guzzi Le Mans, le 2ème j’ai pas vu, j’allais trop vite!!! Wink ), et je retrouve mort-de-rire la CBR1000 en duo avec laquelle j’avais joué quelques instants plus tôt! Une bifurcation intempestive vient mettre un terme à mes envies, je me pose, sur la carte et… j’attends Régine… Avantage des casques modulables, j’peux montrer à tous mes poursuivants comme j’ai la banane…

Morez, Morbier, on enquille la D46 qui nous ramène sur la Chaux-Neuve, on y était 24 heures plus tôt. Mouthe, puis Pontarlier par la rive Nord du Lac de Saint-Point (elle est au road-book de la Jurasique celle-là!!!). A Pontarlier, on trouve bien une confiserie, aux rayons un peu trop vides pour espérer ramener de quoi satisfaire Colin et Lauriane.

C’est pas grave, on a une adresse à Morteau (Etienne, Chebello, vous vous souviendez? J )… Cette route là est aussi au programme de la Jurassique, y’a un panneau sympa à l’entrée du défilé du Doubs qui annonce des virages sur 7 km, j’adore cette promesse toujours tenue. Puis avant Morteau, dans les rectilignes où… j’attends Régine, j’isole le problème: 70 à l’heure! A 70, y’a un max de vibrations et il m’est impossible de lâcher le guidon, j’ai réellement un ‘blème…

On fait le plein de pâtisseries, et on rentre donc en faisant attention, soit à moins de 50, soit à plus de 90…

Un contrôle visuel n’a rien donné, les plombs d’équilibrage sont toujours en place, le pneu ne semble pas dégonflé, les roulements ne montrent pas de jeu… Et le seul gonfleur sur la route est hors-service… L

On avait promis d’arriver pour 18:00, la montre au tableau de bord de la Pan indique 17:59 quand je coupe le contact devant le garage! Et le compteur 350 kilomètres pour cette journée…

Pas besoin de tuer mon fils, la vidéo du GP est encore tiède…

Lundi après-midi, j’amène ma Pan et son pneu (difficile d’amener l’une sans l’autre d’ailleurs…) chez mon mécano. J’essplike à Urs, il part 5 minutes et revient en m’insultant: «balourd du pneu!» Je sais que j’devrais maigrir, mais là tu cherches la merde mon gars! Bon, en fait c’est le pneu, Michelin Macadam 50E qui a un balourd, il m’en commande un autre pour vendredi… Michelin aussi, c’était mieux avant… main’nant ils les fabriquent en Espagne… Sad

En attendant, j’ai une bonne excuse pour rouler en CBR… et apprendre, passke le jour où je saurai m’en servir aussi bien que de la Pan, savashié!!!

Amitiés,

A+,

Le Jef-heureusement-que-j’peux-buller-au-taf…

P.S. t’as vu Etienne? T’as un rôde-bouc aux p’tits oignons pour monter à la Jurassique !!! 

 


Pas de Photos dans l'album

 
 
 
 

_________________
Les Animateurs
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les récits des Bitumeurs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com