Se connecter pour vérifier ses messages privés   S'enregistrer   Connexion   FAQ   Rechercher
Les Bitumeurs Index du Forum Les Bitumeurs

04/06-Le temps des cerises... - Ninou

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les récits des Bitumeurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 05 Avr 2006, 09:44    Sujet du message: 04/06-Le temps des cerises... - Ninou Répondre en citant

 

Le temps des cerises...
Par Ninou
04/2006

Il existe en Espagne, pas très loin du Portugal, sur le versant ouest de la Sierra de Gredos, une charmante vallée où se concentre un grande partie de la production de cerises en Espagne. Là, tous les ans, pendant quelques jours au début du printemps, cachés derrière des contreforts s'élevant à 2500 m, plus de 2 millions de cerisiers se parent de belles fleurs blanches.
 
Cette vallée s'appelle "el valle del Jerte", du nom de la rivière qui l'irrigue. En ce beau dimanche d'avril, j'ai donc donc décidé que cela ferait une bonne destination pour une balade à moto. Et puis ça me rappellera mon temps à Washington DC qui fête aussi la floraison de ses milliers de cerisiers (un cadeau du Japon en 1912) tous les ans lors du National Cherry Blossom Festival.

En partant de Madrid il faut longer toute la Sierra de Gredos pour arriver à la vallée del Jerte. Autant dire que les routes seront viroleuses. Une bonne occasion d'arrondir un peu mon Pilot Power arrière. Ces dernières semaines j'ai été obligé d'utiliser ma moto pour aller au boulot. Avec 40 km d'autoroute quotidiens, mon pneu arrière a fini par s'user en carré et est quasiment à la corde dans sa partie centrale. Gâcher du Pilot Power sur autoroute, c'est vraiment rageant. Enfin, il reste de la gomme sur les côtés, autant donc l'utiliser avant de changer de pneu.
 
Il est un peu plus de 10H30 lorsque je pars.

Je me perds un peu sur toutes les petites routes au sud de l'Escorial, mais on ne va pas se plaindre pour un vingtaine de km de virolos en plus. Je vais
traverser la Sierra de Gredos dans sa longueur par la vallée de la Vera, dans la partie sud de la chaîne.
Au départ, il y a bien une portion un peu trop roulante à mon goût entre San Martín de Valdeiglesias et Ramacastañas. C'est pourtant une route jaune, bordée de vert, que j'emprunte, mais à cet endroit la vallée est large et la route peut s'allonger de façon un peu trop linéaire.
 
Je roule tranquille pour profiter de la campagne espagnole, de sa fugace verdeur et de la foison de petites fleurs jaunes, plus rarement blanches qui l'envahissent. Quelques coquelicots au rouge vif apporte leur note gaie.

Je roule donc tranquille et pourtant, en arrivant à La Adrada, juste après qu'un motard m'ait fait signe de rouler calmos, je vois un comité de réception de la Guardia Civil. Une moto est déjà en train de se faire contrôler et un des policiers me fait signe de m'arrêter.
Bon, t'es bien gentil monsieur le "guardia civil", mais j'ai pas de temps à perdre à t'expliquer pourquoi j'ai une plaque américaine, pourquoi je n'ai pas
les papiers de la moto sur moi ou pourquoi mon pneu arrière est lisse. Je le regarde en faisant semblant de ne pas comprendre que ses signes s'addressent à moi et je ne m'arrête pas. Dans mon rétro je le vois me regarder et se diriger calmement vers sa voiture en notant quelque chose sur un calepin. Bon, il peut bien noter ma plaque d'immatriculation, il va pas aller bien loin avec. Il ne va apparemment pas me poursuivre non plus avec son 4X4, il n'a aucune chance. Je me dis qu'il va probablement avertir par radio ses collègues dans le bourg ou un second comité de reception un peu plus loin. Arrivé dans le bourg de La Adrada, je décide donc de prendre une petite route blanche qui mène au village d'Iglesuela.
C'est une route que j'avais déjà prise une fois et je suis sûr que je serai tranquille et qu'ils ne m'y chercheront pas.
 
C'est un détour fort agréable. Je m'arrêterai d'ailleurs un moment pour me faire un mini pique-nique au milieu de cette campagne accueillante et sous un beau soleil.
 
Arrivé à Iglesuela je prends une petite route blanche qui me ramènera dans la vallée de la Vera, mais suffisamment loin pour éviter un éventuel second comité de reception.
À partir de Arenas de San Pedro la vallée se retrouve écrasée par les montagnes et la route se doit d'épouser le relief. Un superbe revêtement et des virages à la pelle. À partir de Jarandilla de la Vera, des cerisiers en fleurs commencent à apparaître sur le bord de la route et deviennent plus nombreux en allant vers Jaraiz de la Vera.
 
Là, je prendrai au nord pour passer de la vallée de la Vera à celle del Jerte par le col de Piornal. Dans la montée les cerisiers sont omniprésents.
 
 En arrivant à Piornal je découvre la Vallée del Jerte dont les flanc sont constellés de cerisiers en fleurs. Leur blanc ne peut rivaliser avec l'éclat de la
neige qui, sur les cimes alentours, brille au soleil mais le spectacle est enchanteur.

Je fais une descente tranquille sur la petite route étroite. D'autant qu'il y a pas mal de monde qui est venu profiter du spectacle pendant ce beau
week-end. Arrivé au fond de la vallée, je prends la nationale, qui va de Plasencia à Àvila, pendant une quarantaine de kilométres. Ce faisant je me dirige vers le nord-est. À El Barco de Àvila, j'obliquerai à l'est pour retraverser la Sierra de Gredos dans sa la longeur, mais dans sa partie nord cette fois, par une série de petites routes jaunes et blanches qui distillent le bonheur motard à grands coups de courbes variées, de revêtements excellents ou carrément neufs, et, au cas où ça ne suffirait pas, de paysages grandioses.

Mais avant ça, la quarantaine de km sur la nationale est un peu pénible car il y a beaucoup de trafic. Énormément de gens sont venus profiter de l'occasion. C'est dommage car la nationale elle-même est un régal. Une nationale avec des virages où la vitesse conseillée dans certains virages est de 50, 40, voire 30 km/h. Plus je me dirige vers le nord-est et plus le trafic se fait fluide. Cela me permet de profiter de bonnes sections du col de Tornavacas sans être trop gêné par le trafic.

À partir de Barco de Àvila il n'y a quasiment plus de trafic et seuls les pics enneigés seront témoins des trajectoires que je m'efforce d'inscrire sur ces belles routes désertes. La route qui me mène de San Martín del Pimpollar jusqu'à San Juan de la Nava est un régal. La dernière fois que je l'avais empruntée, c'était un cauchemar car elle était en travaux: remplie de nids de poules, recouverte d'une épaisse couche de gravillons. Mais maintenant, les travaux sont terminés, seul la traversée des quelques petits villages est encore en travaux. Un revêtement tout neuf, des virages superbes, un paysage sauvage et pas un chat.

Après San Juan de la Nava, je prends la nationale, qui va de Àvila à Tolède, sur une dizaine de km pour rejoindre la prochaine petite route blanche. La nationale aussi est un régal, notamment la partie qui remonte juste après le réservoir de Las Cruceras. Pendant cette dizaine de km j'ai le temps de passer une Kawa ZX-10 R, verte qui voulait jouer... Bon, le mec ÉTAIT EN JEANS!

Passage obligé par Cebreros, un petit village entouré d'oliviers et point de rencontre de plusieurs routes toutes plus alléchantes les unes que les autres.
 
Hé, hé, hé...

Le soleil commence à décliner et sa lumière rasante n'atteint plus le palais de L'Escorial quand il apparaît dans la vallée alors que je me dirige vers le
col de la Croix Verte.

Il y a un peu de trafic à partir de l'Escorial car les madrilènes vont en masse passer leur week-end dans la Sierra de Guadarrama et c'est l'heure des
retours.

J'arrive à la maison à 19h30.

Bilan: 570 km, 30 litres de "sin plomo 95", un pneu arrière à changer (mais un peu plus "présentable"), une pomme et 2 bananes... et enfin quelques photos!
 
Ninou
 
 

Pas de Photo dans l'album

 


_________________
Les Animateurs
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les récits des Bitumeurs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com